03 Greedo et Kenny Beats se retrouvent sur « Netflix & Deal »

Le rappeur de Watts 03 Gree­do a décidé de s’al­li­er à Ken­ny Beats pour nous racon­ter sa vie au tra­vers de ses films préférés sur « Net­flix & Deal ».

Si vous ne con­nais­sez pas les acteurs de ce pro­jet, lais­sez-moi vous les présenter :

A droite sur la pochette nous avons donc le rappeur/producteur 03 Gree­do. Artiste orig­i­naire de Watts, quarti­er de Los Ange­les qui nous a aus­si don­né Jay Rock (mais aus­si notable pour ses impor­tantes révoltes en 1962).
Gree­do est un rappeur extrême­ment act­if comp­tant plus d’une de dizaine de pro­jets depuis 2010, dont 3 en 2019. « Net­flix & Deal » étant la dernière en date (avec « Still Sum­mer In The Projects » en Avril et « Meet the Drum­mers » en col­lab­o­ra­tion avec le bat­teur de Blink182 Travis Bark­er en Juillet).

A gauche, nous avons le sec­ond couteau de ce pro­jet, le pro­duc­teur new yorkais Ken­ny Beats. Ayant com­mencé dans la pro­duc­tion EDM il s’est vite re-dirigé vers le rap. Il a notam­ment col­laboré avec KEY!, Vince Sta­ples, Ski Mask the Slump God, DaBa­by ou même Fred­die Gibbs. Il présente notam­ment une émis­sion de freestyles sur sa chaîne YouTube nom­mé « The Cave » ou il invite plusieurs artistes comme Doja Cat, 6lack ou même Den­zel Curry.
« Net­flix & Deal » est le deux­ième album pro­duit en col­lab­o­ra­tion avec un artiste en 2019, le pre­mier étant le très bon « Anger Man­age­ment » avec Rico Nasty.

Deux per­son­nages hauts en couleur nous promet­tent donc un pro­jet intéres­sant. Et il l’est. Sinon je n’en par­lerais pas.

L’al­bum est donc une sorte d’al­bum con­cept, Gree­do étant un fort con­som­ma­teur de films, il  a décidé sur ce pro­jet de se pro­jeter dans ses oeu­vres qu’il aime autant. À tra­vers des titres comme « Dis­co Shit » il racon­te sa vision de la vie de deal­er, mais aus­si de la loy­auté en se bas­ant sur le film « Blow » de Ted Demme.

« Dis­co Shit » étant le seul titre clip­pé du pro­jet, le clip repro­duit la bande annonce du film en ani­ma­tion pâte à mod­el­er (ou clay­ma­tion) et rem­place les pro­tag­o­nistes du film par nos pro­tag­o­nistes 03, Ken­ny et Fred­die Gibbs.

« Fuck fame, used to traf­fic cocaine

I pre­fer to live my oth­er life (Yeah, yeah)
The drug game fuck around, got full of lames
Shit changed, now I’m out my mind
Dis­co shit, dis­co shit
Trig­ger fin­ger in the air for this »

« J’emmerde la célébrité, j’é­tais trafi­quant de cocaïne
Je préfère vivre mon autre vie
Le deal j’y suis passé, c’est rem­pli de faibles
Tout ça a changé, main­tenant je suis hors de moi
Bail dis­co, bail disco
Pour ça, doigt de gachette en l’air »

Nous retrou­verons aus­si à tra­vers l’al­bum des références à « Paid In Full », « Maria, pleine de grâce » ou bien même « Chérie, j’ai rétré­ci les goss­es ». On a même le droit à un hom­mage à la fil­mo­gra­phie du génial Brad Pitt dans le son « Brad Pitt ». Pas de sur­prise ici.

Les paroles de Gree­do reflè­tent l’im­agerie d’un deal­er du quarti­er his­torique­ment tur­bu­lent de Watts qui essaye de s’en sor­tir. Et pour ça il prends comme exem­ple ses films qui ont comme sujets les drogues, les armes et les trahisons. Cela peut paraître assez réduc­teur et cliché mais ras­surez vous, 03 ne fait pas ça par hasard et est au courant que le sys­tème améri­cain n’est pas de son côté, comme il explique dans le doc­u­men­taire « The Mak­ing Of Net­flix & Deal » :

« I was born in 1987, (since then) they built 33 pris­ons and 1 col­lege / It’s not the land of opportunity. »

« Je suis né en 1987, (depuis) ils ont con­stru­it 33 pris­ons et une seule université/ Ce n’est pas le pays de l’opportunité. »

On a donc vu que Gree­do a des choses à dire, mais est-ce que Ken­ny l’aide à porter ce mes­sage à tra­vers ses Beats ? Absolument.

Comme à son habi­tude, Ken­ny s’adapte à la per­son­ne avec qui il tra­vaille, et Gree­do voulait créer un pro­jet poly­va­lent, et c’est totale­ment réus­si. On passe des sons très wavy avec des syn­thés joyeux qui per­met à Gree­do de pos­er sa voix chan­té T‑Pain-esque, à des sons plus trap avec les 808 sig­na­ture de Ken­ny bien lour­des pour des flow plus rapides.

Le pro­jet est aus­si soutenu par des fea­tur­ings top tier. Fred­die Gibbs arrive en chan­tant sur « Dis­co Shit » et repart en fast flow, Vince Sta­ples vient représen­ter les Crips avec Gree­do sur « Blue Peo­ple ». On a aus­si KEY!, fameux col­lab­o­ra­teur de Ken­ny Beats qui a per­mis à ce dernier de ren­con­tre 03 Gree­do; il était donc nor­mal de lui laiss­er un cou­plet. On retrou­vera aus­si OHGEESY de Shore­line Mafia ou le natif de Comp­ton Bud­dy pour le refrain de « Soul Food » avec sa voix aigu douce comme de la sauce piquante sur des chick­ens wings.

En clap de fin, je dirais que ce pro­jet est une com­bi­nai­son extrême­ment intéres­sante entre la voix des rues de Watts de 03 Gree­do et la poly­va­lence des instru­men­tales de Ken­ny Beats.
Mal­heureuse­ment, Gree­do n’est pas directe­ment avec nous pour défendre son pro­jet suite à sa con­damna­tion de 20 ans en prison en mai 2018. Une peine certes longue mais courte face aux trois con­damna­tions à per­pé­tu­ité qu’il risquait s’il ne plaidait pas coupable. Cette sen­tence lourde nous per­met de nous rap­pel­er qu’à crime équiv­a­lent, les citoyens noirs améri­cains seraient con­damnés à des peines d’emprisonnement 19,1% plus longues que celles des citoyens blancs. Et on peut ressen­tir cette frus­tra­tion dans plusieurs inter­views de Gree­do avant son incarcération.

Pour finir sur une note pos­i­tive, il avait annon­cé avoir enreg­istré assez de musiques pour être act­if même der­rière les bar­reaux. En atten­dant avec trois pro­jets en un an, on a de quoi se satisfaire.

#FREE03GREEDO

Suiv­ez 03 Gree­do sur Insta­gram en cli­quant ici.

Suiv­ez Ken­ny Beats sur Twit­ter en cli­quant ici.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

seize − 3 =

Droit d’auteur © In Da Klub Privacy Policy | Audioman par Catch Themes