Dooz Kawa sort de sa caravane pour annoncer Nomad’s Land

Dooz Kawa, c’est un des mecs qui a le plus bourlin­gué dans le rap français. Et para­doxale­ment, il sem­ble voué à une place sem­piter­nelle dans le Pan­théon des artistes inconnus.

Il faut dire qu’il cherche. Le Stras­bour­geois est un grand ama­teur des influ­ences d’Europe de l’Est, de rap con­scient et de textes alam­biqués. Et ce genre de petit cock­tail, ça n’aide pas à faire des hits. Pour­tant, en 2016, on attendait l’explosion après la sor­tie de l’excellent Bohemi­an Rap Sto­ry, dont le pre­mier son « Me faire la Belle » atteint presque les 3 mil­lions de vues sur YouTube.

Mais qu’im­porte, 12 K.O reste un artiste de niche, et la sor­tie l’année suiv­ante de Con­tes Cru­els n’a pas fait grand bruit. Depuis, silence radio. Enfin c’est ce qu’on a voulu nous faire croire. En cher­chant un peu, on trou­ve des col­labs en tout genre, et tou­jours avec la même équipe : Swift Guad, Davod­ka, Tekil­la ou Demi Por­tion, et encore une trentaine d’autres « petits » blazes tous aus­si qual­i­tat­ifs les uns que les autres.

L’indépen­dance en action, album mul­ti-inter­prètes sur lequel appa­raît Dooz Kawa.

Mais pour ces artistes comme pour DK, la fan­base est solide et reste à l’affût de la moin­dre annonce. Cette dernière est arrivée le 10 décem­bre dernier sur les réseaux soci­aux, avec l’annonce de Nomad’s Land pour le 31 jan­vi­er 2020. Pour cet album, Dooz Kawa affiche d’entrée la couleur. La pochette est, comme d’habitude, une œuvre d’art : on y voit un cav­a­lier seul au milieu d’un paysage désolé, de dos, façon apoc­a­lypse ‑faisant peut-être écho au son « Cré­pus­cule d’Apocalypse » dans Bohemi­an Rap Sto­ry.

Déjà vis­i­ble sur les dif­férentes plate­formes de stream­ing, la track-list est alléchante : On aura droit à des feats signés Davod­ka, Swift Guad, Gaël Faye, Dori­an Astor ou encore Shantel.

Le fea­tur­ing avec ce dernier, « Arcueil Cachan », est d’ailleurs déjà disponible, faisant office de trail­er. Shantel, DJ et musi­cien alle­mand, est con­nu pour ses inspi­ra­tions des Balka­ns. Et c’est donc tout naturelle­ment que les deux las­cars se retrou­vent à collaborer.

Ce son regroupe tous les ingré­di­ents qui font le 12 K.O : Instru à base de cuiv­res, hymne à un amour cru­el et utopique, et un pro­tag­o­niste malheureux :

« Mon cœur est un hor­ri­ble ami,

Comme un brouil­lon trop raturé,

Je froisse et jette l’origami

De cet organe qui m’aura tué »

 

Le titre « Arcueil Cachan » sert peut-être à plac­er sur la carte la muse de cet amour déchu, mais ce dernier sem­ble voué à l’oubli:

« Comme l’horizon des HLM,

Ce coussin qu’accueille le couchant,

D’un clin d’œil te cachant

Où est passé Arcueil Cachan ? »

 

Le Stras­bour­geois est tou­jours aus­si adroit dans sa capac­ité à mêler à ses instru mélan­col­i­co-joyeuses des textes touchants, où il se place en anti­héros pathé­tique et poé­tique. Si « Arcueil Cachan » a dis­paru, son tal­ent est tou­jours là et nous donne ren­dez-vous le 31 jan­vi­er pour un cinquième album qu’on espère aus­si explosif qu’un No man’s Land en 14–18.

Auteur: Lothaire Béguery

Community Manager, relecteur et secrétaire de rédaction. Ex-régisseur et chroniqueur pour nos défuntes émissions. J'écris quand même des fois pour vous mettre des paillettes dans les yeux. Je quadrille la zone rap de Deen Burbigo à Loyle Carner en passant par Denzel Curry, Hippocampe Fou ou IAM. Et le rap allemand.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trois × trois =

Droit d’auteur © In Da Klub Privacy Policy | Audioman par Catch Themes