[Deutsche Qualität #2] : Puissance et flow, l’ascension de Juju

Bon­jour à toutes et à tous, on se retrou­ve aujour­d’hui pour le deux­ième volet de notre série sur le rap alle­mand ! La par­ité avant tout, com­ment donc ne pas vous par­ler du phénomène au féminin, Juju?

Du rap dans le berceau

Et oui, les femmes aus­si savent rap­per! C’est d’ailleurs ce que notre rédac­trice Cécile Vien­ney a déjà mon­tré aupar­a­vant dans une série du même nom accordée aux femmes de ce milieu. Judith Wessendorf a.k.a. Juju en fait très bon exem­ple chez nos voisins alle­mands. Très tôt dans sa vie d’ado­les­cente, elle com­mence à écouter du rap et surtout le clas­sique gang­ster rap alle­mand. À l’époque, ce sont des piliers du Rap DE comme Bushi­do ou Sido qui pousseront par la suite cette jeune fille à s’ex­péri­menter elle-même sur le ter­rain. C’est dans son temps libre que Juju va alors peu à peu tra­vailler son flow dès qua­torze ans.

L’é­cole n’a jamais été sa tasse de thé. Juju voulait prof­iter de sa lib­erté et ne pas per­dre son temps en étant encadrée par des pro­fesseurs, puis par un tra­vail etc. En emprun­tant ses mots: elle « ne se lais­sait rien dire ». Un peu rebelle, c’est ce qui va créer son image et sa per­son­ne dans le rap. Elle n’a pas peur de dire les choses sans langue de bois et de con­fron­ter la gent mas­cu­line afin de se pro­cur­er du respect. L’artiste se serait inspirée notam­ment auprès de la chanteuse Christi­na Aguil­era ou encore la rappeuse Kit­ty Kat. Un mod­èle clé dans sa musique et surtout ses textes fut Eminem. Juju pou­vait, en quelque sorte, s’i­den­ti­fi­er dans ce que le rappeur US racon­te à tra­vers ses morceaux.

L’échappatoire

C’est une enfance dif­fi­cile que Judith Wessendorf a con­nue. Élevée seule par sa mère infir­mière, dans un quarti­er mod­este de Berlin, elle a été con­fron­tée à des sit­u­a­tions de vio­lence, entre autres, dont elle ne par­le que rarement. Comme dit aupar­a­vant, elle arrê­ta les cours à seize ans sans aucune per­spec­tive d’avenir.

« Ich wollte mir nichts sagen lassen »

Heureuse­ment pour elle, avant de fréquenter les mau­vais­es per­son­nes, Juju a ren­con­tré des gens qui recon­nais­saient le don qu’elle abri­tait pour le rap. Elle com­mence alors même à enreg­istr­er quelques sons avec des amis avec qui elle for­mait un petit groupe de rappeurs. Même si Juju était la seule femme et la plus jeune de la troupe, elle n’é­tait jugée qu’à sa voix et sa manière de rap­per. Elle ne se lais­sait déjà rien dire aupar­a­vant, mais entourée unique­ment d’hommes dans ce milieu, elle a encore une fois appris à avoir con­fi­ance en elle et cela se ressent à tra­vers ses textes. Les punch­lines envers les « machos du hip-hop » ne sont pas économisées, les artistes mas­culins du rap alle­mand ont même beau­coup de respect pour la rappeuse.

« Und während du wieder monate­lang auf mich wichst

Hab ich 20 neue Songs und dein » Traum gefickt »

Le meilleur exem­ple nous est don­né dans l’in­tro de son pre­mier album que l’on va abor­der par la suite où elle racon­te, si l’on traduit mot par mot: « Et pen­dant que tu te rebran­les pen­dant des mois sur moi, j’ai 20 nou­velles chan­sons et baisé ton rêve ».

L’ascension en ligne droite

C’est en 2014 que Juju va com­mencer à agrandir son audi­ence en for­mant avec la chanteuse Nura le duo SXTN. Les deux femmes ont con­nu le suc­cès avec des titres comme « Die Fotzen sind wieder da » (Les chattes sont de retour) ou encore « Stän­der », qui peut être traduit comme la ver­sion famil­ière du mot « érec­tion ». Comme vous pou­vez le con­stater, on va droit au but sans essay­er d’embellir les pro­pos, une autre car­ac­téris­tique de la musique de Juju. Cepen­dant, elle nous mon­tr­era par la suite qu’elle pos­sède égale­ment une par­tie soft.

En effet, le duo se sépar­era qua­tre ans plus tard afin que cha­cune pour­suive sa car­rière de son côté. Juju est donc vrai­ment très récente sur la scène de rap alle­mande: elle a com­mencé en solo il y a moins de deux ans. Tout de même, Juju frappe fort dès le mois d’août 2018 avec le morceau « Melo­di­en » (Mélodies) en fea­tur­ing avec Cap­i­tal Bra qui attein­dra le som­met des Top 100 en Alle­magne, en Autriche puis en Suisse.

Mais c’est en mai 2019 que Juju con­naît son plus gros suc­cès: le sin­gle « Ver­mis­sen » avec Hen­ning May, chanteur du groupe Annen­MayKan­tere­it. Deux­ième titre en solo qui fait numéro un en Alle­magne pour Juju et un statut pla­tine dans la même année après plus de 400 000 ventes. Le clip tourné en seule­ment une seule nuit bat égale­ment plusieurs records en Allemagne.

Que faire après un tel suc­cès? Juju a tout com­pris. Seule­ment six semaines après la pub­li­ca­tion de « Ver­mis­sen », son pre­mier album Bling Bling voit le jour. Un mélange entre morceaux plus mélodiques comme « Hi Babe » ou « Som­mer in Berlin » et des vrais bangers mon­trant le flow et le tal­ent de la Berli­noise dans « Coco Chanel », « Hard­core High » ou encore « Frei­sein » (être libre).

Juju appré­cie sa lib­erté avant tout, vous aviez dû le remar­quer. Tous les textes de son album ont été écrits unique­ment par sa plume. Seul son beat­mak­er Krutsch, qui a déjà pro­duit pour SXTN, et ses deux man­agers étaient inté­grés au pro­jet. Les notions-clés de l’al­bum sont bien évidem­ment la fumette, l’al­cool qui coule en masse et les soirées. Juju ne se cache pas, est con­fi­ante en elle et se mon­tre: Bling Bling comme le dit l’in­ti­t­ulé de son album.

« Là en ce moment, j’ai l’im­pres­sion que je peux faire tout ce que je veux » déclare-t-elle, « pour la pre­mière fois, je suis libre d’or­gan­is­er ma vie comme je le veux. » C’est ce que nous lui souhaitons en tout cas, et ce n’est que le début, nous avons envie de lui dire. Cer­taine­ment une artiste qui peut chang­er la donne pour les femmes dans le rap en Alle­magne, à décou­vrir impéra­tive­ment, si ce n’est pas déjà fait!

La rédac­tion vous pro­pose son tout dernier morceau « Kein Wort » avec Loredana, rappeuse suisse et poten­tielle future artiste sous les pro­jecteurs de In Da Klub?

Vous pou­vez égale­ment retrou­ver mes morceaux favoris:

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

dix + 18 =

Droit d’auteur © In Da Klub Privacy Policy | Audioman par Catch Themes