[Flashback #1] : On est encore là — Suprême NTM

Le 13 mai 1998, Kofi Annan, qui est alors secré­taire général de l’ONU, déclare que l’art est la forme la plus libre de com­mu­ni­ca­tion. Le 20 avril de la même année, Suprême NTM sort un album éponyme qui ne con­firme pas ces pro­pos. Aujour­d’hui, on va se pencher sur le titre : « On est encore là ».

Sois Jeune et Tais-toi

Quand on par­le des années 90, c’est sou­vent pour évo­quer de grands films, ou alors la vic­toire de la France en Coupe du monde de foot­ball. Mais on pense rarement à une cul­ture qui se développe à grands pas : le hip-hop. Nour­ri de haine et de con­vic­tions, le groupe orig­i­naire de Seine-Saint-Denis va rapi­de­ment se démarquer.

Pour con­tex­tu­alis­er, ces rappeurs gran­dis­sent avec une haine fondée envers la police et rejet­tent dès qu’ils le peu­vent un sys­tème qui les a mâché puis recraché. La musique représente pour ces jeunes un impor­tant moyen d’ex­pres­sion, mais comme nous le fait com­pren­dre Kool Shen dans la phase suivante :

 » On nous cen­sure parce que notre cul­ture est trop basanée

Qu’on représen­tera pas assez la France du passé

C’est car­ré, on veut nous stopper

Ça allait tant qu’on rap­pait dans les MJC »

Leur musique n’est pas la bien­v­enue dans tous les ménages et Kool Shen souligne son pro­pos en par­lant de leur manque de pro­gram­ma­tion en radio.

Cette idée de radio vient faire appa­raître un phénomène qui se développe vite, celui des radios pirates. Avec « La Voix Du Lézard » (aujour­d’hui « Sky­rock ») en 1983 et « Mouv »  » en 1997, la trend des radios pirates fait un grand retour et per­met de répan­dre la cul­ture hip-hop dans tout l’hexa­gone. A not­er qu’il ne s’ag­it pas de la pre­mière fois que des radios pirates font un tabac en France ; un exem­ple notable serait Mai 68.

Le passé et aujourd’hui

Un des élé­ments qui vient se rajouter au fil con­duc­teur de la cen­sure, c’est celui du passé. Joeystarr com­mence son cou­plet par les vers suivants :

 » Per­son­ne n’a oublié, il fut un temps on nous aurait pendus

Comme des ven­dus, des ban­dits à la langue trop pendue »

Un référence à l’esclavage, thème très abor­dé à cette péri­ode et par un vaste pan­el d’artistes.

 » Per­chés sur une estrade, groupés comme du bétail

Jetés de droite à gauche tels des fétus de paille »

- IAM, « Le Tam Tam de l’Afrique »

Un lien s’établit donc entre ce passé mar­qué par des iné­gal­ités qui ont per­sisté à tra­vers les épo­ques et leur sit­u­a­tion actuelle. En pas­sant par la musique et l’éducation.

 » Putain c’est pas bon, enlevez-nous ce baillon »

 » Les lois Debré, tu crois qu’c’est quoi, sinon une sale copie »

 

En somme, ce son a su pass­er les âges et mar­quer les esprits des puristes les plus extrêmes ain­si que les généra­tions plus jeunes. Dans la série « Validé » de Franck Gas­tam­bide une scène y est même dédiée avec un caméo de Kool Shen [voir épisode 3].

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq × cinq =

Droit d’auteur © In Da Klub Privacy Policy | Audioman par Catch Themes