Où ira DTF ?

Deux ans après la sor­tie de « Sans rêve », cer­ti­fié disque d’or (50.000 équiv­a­lents vente) en moins de cinq mois, DTF revient avec un troisième album, « On ira où ? ». Samy Taouirt et Karim Azzouz, plus con­nus sous les pseu­dos de RTI et RKM, rap­pent ensem­ble depuis tout jeunes. Ils ont gran­di dans le même quarti­er, la Cité Gagarine, à Ivry-sur-Seine. Après des années de col­lab­o­ra­tion, ils ont créé DTF, « Dans ta face ». 

Ils sont les seuls artistes signés sur le label du groupe PNL, QLF Records. L’un des frères, N.O.S, est d’ailleurs le seul invité de l’al­bum, dans le titre « Dans la ville ». Longtemps, DTF a été con­sid­éré comme le petit frère musi­cal de PNL. Mais aujour­d’hui, le groupe a pris de la matu­rité et s’af­firme musi­cale­ment au fil des pro­jets. On retrou­ve tou­jours des titres planants, avec une prod calme et futur­iste et des voix auto­tunées. Mais dans ce troisième album, DTF se diver­si­fie encore plus, avec des change­ments de rythmes et des enchaîne­ments entre chan­son et rap, entre sons dansants et calmes.

Cette évo­lu­tion se retrou­ve dans les paroles du nou­v­el album. Les rappeurs y par­lent de leur enfance, sou­vent avec nos­tal­gie. « Flash­back mélan­col­ique, non rien n’a changé depuis tout ce temps ». Dans presque tous les sons, RTI et RKM évo­quent la cité dans laque­lle ils ont gran­di et leur ado­les­cence. « J’ai gran­di dans la zone », « J’ai gran­di dans la tess ». Cette péri­ode les a donc pro­fondé­ment mar­qués et a impacté les per­son­nes qu’ils sont aujour­d’hui, comme ils le dis­ent dans le titre « Wey » : « J’su­is pas celui que j’voulais être », « dur d’ef­fac­er le passé ».

Avec le temps et à force de tra­vail et d’ob­sti­na­tion, les rappeurs ont obtenu le suc­cès. Mais mal­gré ça, ils n’ont pas bougé de là où ils ont gran­di : « J’voulais met­tre les voiles, les années sont passées, je me suis tou­jours pas cassé », expliquent-ils dans « Trou de boulette ».

Comme dans leurs précé­dents pro­jets, des thèmes récur­rents revi­en­nent : la drogue, l’ar­gent, mais aus­si et surtout le regard des gens, les jalousies et les trahisons qu’ils ont pu subir. Jusqu’à se deman­der, dans le morceau Trou de boulette, « Qui sera là si y a une galère si y a un pépin ? ».

Mais surtout, l’al­bum a pour fil rouge un événe­ment qui a frap­pé la vie du duo. La mythique cité Gagarine, dans laque­lle ils ont gran­di à Ivry-sur-Seine, est en train d’être détru­ite. Les rappeurs lui ren­dent hom­mage dès le titre de l’al­bum « On ira où ? » et dans le morceau éponyme. « Ils veu­lent détru­ire ma tour, c’est main­tenant que ma cité craque », ajoutent-ils dans le titre « Dans la ville », faisant au pas­sage référence au film clas­sique de Jean-François Richet « Ma 6‑T Va Crack-Er ». Après avoir tou­jours vécu ici, les rappeurs se deman­dent où ils vont aller. « On ira où ? Là où le vent nous mène ? Non jamais, pas comme eux, pas mou­ton, j’su­is un lion ». Les DTF s’af­fir­ment, et même s’ils ne prédis­ent pas le futur, ils vont con­tin­uer de tra­vailler, comme ils l’ont fait ces dernières années, pour rester maîtres de leur destin.

Les com­pères de PNL ont évolué et dévelop­pé leur style et leurs pro­duc­tions. Ils ont réus­si à créer une réelle sig­na­ture artis­tique. Avec près de 9000 équiv­a­lent ventes en pre­mière semaine, le duo a réal­isé un bon démar­rage, qui laisse imag­in­er que « On ira où ? » pour­rait obtenir le disque d’or en moins de temps que leur précé­dent album « Sans rêves ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

14 + un =

Droit d’auteur © In Da Klub Privacy Policy | Audioman par Catch Themes