Rap et ballon rond : l’amour foot

Si les deux mon­des se côtoient régulière­ment par le biais des médias ou des réseaux soci­aux, cer­tains rappeurs ont aban­don­né leurs car­rières de foot­balleurs alors que d’autres réus­sis­sent (dif­fi­cile­ment) à men­er les deux de front. Petit retour sur ces artistes du micro et de la pelouse.

Nor­dine Ara­bat. Ce nom vous est sûre­ment encore incon­nu, à part peut-être sous son nom d’artiste : Dinor Rdt. Jeune rappeur de 18 ans, « Ronaldinor » s’est dis­tin­gué récem­ment avec la sor­tie de son album Lunettes 2 Ski en juil­let 2019. Accom­pa­g­né de Mis­ter V, Sadek, Roméo Elvis et autres Black M, Dinor a réus­si une belle entrée en matière dans le rap game à seule­ment 17 ans. Né en 2002, il per­pétue la tra­di­tion des rappeurs qui manient le bal­lon à mer­veille. Un phénomène qui tend à se repro­duire depuis plusieurs années, et qui finit par ne plus éton­ner. Mais entre le monde du rap et celui du foot­ball, dif­fi­cile de choisir là où l’argent tombe sou­vent plus facile­ment que dans d’autres carrières.

Pro­fes­sion­nel en tous cas, Dinor ne l’est pas encore et vient juste d’annoncer sa sig­na­ture dans le club ital­ien de Sas­suo­lo (Serie A) le jour de ses 18 ans. « Beau­coup de rappeurs en par­lent dans leurs sons et ça m’a motivé à choisir le foot. Il y en a qui dis­ent qu’ils étaient bons et que c’est là où ils voulaient réus­sir. Alors que la musique est éphémère, ça peut s’arrêter du jour au lende­main ! Bon, le foot aus­si, avec une blessure… Mais il y a plus de blé à se faire ! » explique-t-il à Kon­bi­ni. Un para­doxe qui illus­tre bien la dif­fi­culté du choix à réalis­er pour des artistes sou­vent jeunes et en pleine con­struc­tion physique et surtout mentale.

Exem­ple le plus récent en la matière, Dinor Rdt per­pétue la tra­di­tion de ces « rap­balleurs ». Une des légen­des du milieu et pio­nnier en la matière, a même fail­li sign­er à Arse­nal : l’homme à la cas­quette tou­jours bais­sée, Sefyu. Arrivé blessé aux adduc­teurs dans le nord de Lon­dres, le jeune homme se voit alors pro­pos­er un con­trat d’un an dans des infra­struc­tures dénuées de cen­tre de for­ma­tion. Une oppor­tu­nité moin­dre pour le natif de Bar­bès, dans le XVI­I­Ie arrondisse­ment de Paris, à qui il restait encore l’opportunité de pass­er des diplômes lui assur­ant un avenir plus sta­ble. Aujourd’hui, ce dilemme tend plus à ouvrir la porte au monde du foot­ball, les revenus moyens dépas­sant allè­gre­ment ceux des rappeurs, à part pour les plus côtés.

De l’autre côté du mic’, cer­tains ont choisi de faire le chemin inverse pour arrêter totale­ment la musique afin de se con­sacr­er au pro­fes­sion­nal­isme avec tout ce qu’il engen­dre. Par­ti pour squat­ter le som­met des charts avec la MZ, Karl Toko-Ekam­bi, aka MC Loka, a finale­ment choisi d’abandonner sa (petite) car­rière de rappeur. Vu en 2009 dans un freestyle avec Dehmo, Jok’air et tous les autres mem­bres de l’ex-groupe, l’international Camer­ounais a vraisem­blable­ment fait le bon choix et évolue main­tenant au sein de l’Olympique Lyon­nais. Un club décidé­ment bien ancré dans l’univers de la musique-reine avec son attaquant et cap­i­taine néer­landais Mem­phis Depay, auteur de quelques clips remar­qués en la matière.

Enfin bref, vous l’aurez com­pris foot et rap ne sont jamais bien loin. Et si per­former dans les deux milieux en même temps reste encore assez rare, cer­tains ont encore l’ambition d’allier leurs deux pas­sions. Vous pour­rez d’ailleurs retrou­ver Topas, nou­velle recrue du club de Valen­ci­ennes et petit prodi­ge du label de MHD, Nen­so Music, sur le Sport Reporter réal­isé par Canal + sur la ques­tion. Je vous glisse aus­si une inter­view de Sefyu réal­isée par So Foot pour com­pléter ce petit article !

Vous pou­vez enfin retrou­ver mon dernier arti­cle sur le rappeur stras­bour­geois Lar­ry !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

sept − 5 =

Droit d’auteur © In Da Klub Privacy Policy | Audioman par Catch Themes