Rapper’s Delight, le pionnier du Hip-Hop

Ce nom ne vous dit prob­a­ble­ment rien, et pour­tant, chaque morceau de rap exis­tant à l’heure actuelle a pu voir le jour grâce à « Rap­per’s Delight », le titre de The Sug­arhill Gang.

Rap­per’s Delight est le pre­mier son Hip-hop qui a vu le jour sur la planète. Sor­ti le 16 sep­tem­bre 1979, « Rap­per’s Delight », est devenu un incon­tourn­able de la musique urbaine. En effet, ce morceau a été accueil­li comme une révo­lu­tion au sein de l’in­dus­trie musi­cale. « Rap­per’s Delight », s’est classé à la 36ème place des Bill­boards Hot 100 en étant le pre­mier titre de rap sor­ti en physique. En France, il s’est classé à la 6ème place et a atteint une excel­lente 3ème place au Roy­aume-Uni. En quelques mois, il a été ven­du à plus de 2 mil­lions d’ex­em­plaires, ce qui fait de lui le 45 tours le plus ven­du de tous les temps en étant disque de pla­tine en très peu de temps. Depuis sa sor­tie, il y plus de 40 ans, les ventes ont dépassé la barre des 10 mil­lions à tra­vers le monde. De plus, il a été classé dans les listes des 500 plus grandes chan­sons de tous les temps par le mag­a­sine Rolling Stone, fig­u­rant égale­ment aux Gram­mys Hall of Fame ain­si que bien d’autres hautes distinctions.

Un contexte très puissant

Dans les années 1970, le Bronx est devenu un quarti­er très ten­du. Oubliés de la société New-Yorkaise, cer­tains petits groupes de MC’s voient le jour durant cette péri­ode. Ces derniers ne con­sid­èrent pas for­cé­ment The Sug­arhill Gang, com­posé de Big Bang Hank, Mas­ter Gee ain­si que Wounder Mike, comme faisant par­tie des leurs étant don­né qu’ils vien­nent du New Jer­sey, mais recon­nais­sent tout de même qu’ils ont ouvert la voie à la musique hip-hop. Ce mou­ve­ment émergeant est forte­ment délais­sé par la société qui est prise dans la fièvre du same­di soir du dis­co. Néan­moins, The Sug­arhill Gang est signé par Sylvia Robin­son dans son label Sug­ar Hill Records qui a vu le poten­tiel excep­tion­nel du groupe et de ce titre en le pro­duisant par la même occasion.

Un titre de portée mondiale

« Rap­per’s Delight » est com­posé de Nile Rodgers et Bernard Edwards. Ces com­pos­i­teurs de renom ont donc décidé de faire con­fi­ance à Sylvia Robin­son. Avec des sonorités funk et dis­co, le morceau est très dansant, ce qui colle par­faite­ment à la frénésie de l’époque. Le titre utilise la même instru­men­ta­tion que « Good Time » de Chic. Deux ver­sions voient le jour : une courte de 6 min­utes et une longue de 14 min­utes qui fût la plus dif­fusée sur toutes les radios mal­gré sa longueur, ce qui a grande­ment con­tribué au suc­cès du morceau au bud­get de 750 $ (!).

« I said a hip hop the hip­pie the hippie
To the hip hip hop and you don’t stop
The rock it to the bang bang boogie
Say up jump the boo­gie to the rhythm of the boo­gie, the beat »

Ce refrain doit faire par­tie des lyrics les plus mythiques de l’his­toire du hip-hop. Repris par de nom­breux groupes tels que Def Squad en 1998, Las Ketchup, lors du refrain de leur hit « Las Ketchup Song » en 2002 repris en yaourt, mais aus­si dans une cam­pagne de pub­lic­ité pour la mar­que Evian.

See I am Won­der Mike and I’d like to say « hello »
To the black, to the white, the red and the brown, the pur­ple and yel­low

Cette punch se veut pro­gres­siste en voulant accueil­lir toutes les per­son­nes habi­tantes sur Terre. Cela per­met de désassem­bler ce qui est en lien avec le courant hip-hop qui veut réu­nir et non pas divis­er comme la société améri­caine le voulait à l’époque.

En bref, « Rap­per’s Delight » de Sug­arhill Gang est le pre­mier clas­sique rap de l’his­toire. Nous devons le respect à ce morceau sans qui cette pas­sion com­mune n’ex­is­terait pas. Par con­séquent, il est bon pour la cul­ture d’aus­si écouter l’al­bum éponyme Rap­per’s Delight qui con­tient d’autres clas­siques tels que « Apache » ou bien « The Lover In You ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

six + huit =

Droit d’auteur © In Da Klub Privacy Policy | Audioman par Catch Themes