[Coup de cœur] : Avec « Abonnez-vous », Spider Zed réinvente sa traditionnelle dépression

Même si l’on com­mence à cern­er le bon­homme, cet EP de qua­tre titres réserve son lot de sur­pris­es.

11 min­utes et 11 sec­on­des, voilà le temps néces­saire pour écouter Abon­nez-vous, le dernier pro­jet de Spi­der Zed. C’est un peu court, comme lui au pieux, mais il a promis sur les réseaux soci­aux une sor­tie très prochaine­ment. On peut donc con­sid­ér­er cet EP comme un apéri­tif, un avant-goût de ce qui nous attend avec (peut-être ?) un futur album.

En atten­dant ce dernier, Spi­der Machin nous offre qua­tre sons dépres­sifs à souhait. Le som­bre bleu de la cov­er se réper­cute sur des lyrics par­fois à deux doigts du pro­pos sui­cidaire :

« Envie de me rap­procher du bord mais j’suis paresseux,
On pour­rait croire que j’suis mort si j’clignais pas des yeux »
                                                                                                                                   « Oh », Spi­der Zed

Quelques pas en plus vers une mélan­col­ie que l’on aperce­vait déjà large­ment dans Bien ou quoi, son dernier album, mais un manque de déter­mi­na­tion tou­jours aus­si intense qui lui per­me­ts de ne pas se ris­quer à faire plus que penser au sui­cide.

Au-delà de ces quelques lignes qui font froid dans le dos, on retrou­ve des thèmes tout à fait habituels chez Spidy Gon­za­lez : la flemme, les meufs et la con­stante décep­tion de son entourage, le tout accom­pa­g­né d’un ennui lié à la fame :

« Mes idol­es font caca à côté d’moi en fes­ti­val
J’leur ai ser­ré la main, j’ai rien sen­ti de spé­cial »
                                                                                           « Abon­nez-vous », Spi­der Zed

Une flemme et une las­si­tude poussés à l’extrême, et des paroles lais­sant presque penser à un des­tin trag­ique façon Michael Jack­son ou Elvis Pres­ley :

« Sou­venirs de ma vie d’avant : y avait des bisous à la place des médica­ments
Tous les jours j’sors comme si c’était hila­rant, avant j’avais de l’espoir mais tu con­nais : les lig­a­ments »
                                                                                « Oh », Spi­der Zed

Des lyrics bien plus pesantes que ce qu’on pou­vait enten­dre dans Fig­urine, comme si l’arrivée pro­gres­sive du suc­cès coïn­cidait avec une baisse d’énergie, de moti­va­tion et de volon­té de vivre, qui n’étaient pour­tant pas au max à l’époque de ce pre­mier album.

Spi­der Zed nous offre en out­re un manque de con­fi­ance affec­tif avec « Vanes­sa », qui n’a en com­mun avec le tube de Doc Gyneco que le nom.

«On se voit quand je suis bour­ré ou quand je suis trop con­tent
Mais dans les moments nuls je sais que tu seras jamais là »
                                                                                                                              « Vanes­sa », Spi­der Zed

On pour­rait donc être à deux doigts de penser que l’ami Spidy est en train de faire valser le tabouret, la corde au cou, mais que nen­ni : le type a encore des pro­jets pour nous. Avec des posts sur Insta­gram et Twit­ter, il écrit ceci :

De là à imag­in­er un album dont cet EP n’était que la pro­mo, il n’y a qu’un pas. Ou peut-être un autre for­mat de 4–5 titres plus clair, plus dynamique ? A voir. Une chose est sûre, Spi­der Zed va nous sur­pren­dre dans les semaines (jours?) à venir, et c’est une excel­lente rai­son pour vous abon­ner.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 × quatre =

Droit d’auteur © In Da Klub Privacy Policy | Audioman par Catch Themes