EarthGang offre une nouvelle performance lunaire pour Colors

Le 7 novem­bre, les stu­dios Col­ors ont pub­lié sur leur chaîne YouTube une presta­tion du duo Earth­Gang. Un peu plus d’un an après leur pre­mier pas­sage, John­ny Venus et Doc­tur Dot revi­en­nent pour inter­préter « This Side », issu de leur dernier album « Mirrorland ».

Éter­nel amoureux de la chaîne COLORS et du groupe le plus psy­chédélique de la nou­velle scène d’At­lanta (sou­venez-vous de mon arti­cle sur la sor­tie de Mir­ror­land, leur dernier album), il était impos­si­ble pour moi de rater la sor­tie de cette col­lab­o­ra­tion entre les stu­dios berli­nois et le « Gang de la Terre ».

Cette fois-ci, les murs ne sont plus jaunes et verts, mais vio­lets et bleus. La musique, elle, est tou­jours aus­si mys­tique. Plus d’un an après leur inter­pré­ta­tion de « UP » (dont le clip offi­ciel et déli­rant est sor­ti il y a peu), les deux com­pères signés sur le label Dreamville inter­prè­tent « This Side », égale­ment issu de leur dernier album « Mirrorland ».

Dans ce Col­ors, l’am­biance est calme. La prod, réal­isée par John­ny Venus lui-même et Natra Aver­age, est min­i­mal­iste, cen­trée sur une basse et quelques accords feu­trés lais­sant la place aux voix. Dans un décor vio­let, John­ny Venus, énorme col­lier sur son torse nu et tur­ban sur les dread­locks, est assis. Sa large jupe blanche, sem­blable à celle d’un der­viche tourneur, cache son siège. De son côté, Doc­tur Dot est debout dans un envi­ron­nement bleu. Les yeux roulant dans leurs orbites, il sem­ble presque en transe. 

Le sujet est en fait assez som­bre. Les deux rappeurs par­lent de leur peur de mourir bru­tale­ment et de quit­ter ce côté [« this side »], même si cela sig­ni­fie rejoin­dre l’autre côté, peut-être ce Mir­ror­land qu’ils ont con­stru­it tout au long de l’al­bum. Venus et Dot sem­blent égale­ment crain­dre que ce soit leur célébrité et la jalousie des autres qui les empor­tent dans la tombe. Ils le dis­ent en faisant référence à XXXTenta­cion et Nipsey Hus­sle, tout deux assas­s­inés au cours des deux dernières années.

« They took Nip, took X, Just a hatin » ass nig­ga, hope that I ain’t next » 

« Ils ont pris Nip, pris X, ce sont juste des négros haineux, j’e­spère que je ne serai pas le prochain » 

La dernière par­tie du show est bien plus mou­ve­men­tée. Une par­tie ryth­mique beau­coup plus agitée se réveille, tout comme John­ny Venus qui dévoile son siège — un ampli de gui­tare — sur lequel il grimpe. Le tem­po s’agite un court instant avant de se calmer de nou­veau pour la fin du morceau. Les deux rappeurs ont exprimé leurs doutes et leurs peurs, il est temps pour eux de con­tin­uer le voy­age à tra­vers Mirrorland.

Si vous voulez décou­vrir ce monde très atlantien, vous pou­vez regarder ci-dessous le pre­mier Col­ors du duo. Vous pou­vez égale­ment lire mon arti­cle sur leur album.

Aymeric Dantreuille

Auteur: Aymeric Dantreuille

Rédacteur et responsable du pôle Anglophone. Lillois d'adoption, adepte de la traduction approximative de punchlines et suiveur assidu (en scred) de la chaîne Colors. Je me consacre principalement au rap anglophone, de la Beast Coast new-yorkaise au Londres de Little Simz en passant par tout le reste. Mes playlists sont pleines d'artistes plus ou moins connus et prêts à être (ré)écoutés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

9 + 3 =

Droit d’auteur © In Da Klub Privacy Policy | Audioman par Catch Themes