Léo Roi : Le King de l’Autotune

Lorsque que l’on entend « auto­tune », les pre­miers artistes aux­quels on pense sont sou­vent PNL ou Boo­ba. Mais Léo Roi, lui, en a fait sa mar­que de fab­rique. Sa fierté. 

Des singles à buzz

Le début de car­rière du jeune rappeur, du moins celle trou­vable sur le net, remonte à 2016. Cepen­dant, son effer­ves­cence va venir d’un sin­gle devenu aujour­d’hui mythique : « Xanax ». Compt­abil­isant plus de 780k vues sur YouTube, cette chan­son à la mélodie sim­ple mais entraî­nante donne de la vis­i­bil­ité au rappeur.

La recette est sim­ple : un texte facile à retenir, une topline chan­tante qui ren­tre dans la tête et un clip à la lim­ite de la par­o­die, pro­duit par son ami Charles Cam­boy. Tous ces ingré­di­ents vont se mélanger afin de créer un poten­tiel tube qui peut faire bouger la tête de beau­coup d’auditeurs.

« Aujour­d’hui je sors du lit

Un jour de plus où ça va bien

J’ai pris du XANAX entre amis

Et je ne pense plus à rien

Le XANAX ça m’fait du bien

Le XANAX pour mes lendemains

XANAX pour mes lendemains

Le XANAX on rigole bien »

- Xanax

Un refrain sim­ple comme A + B qui ren­tre en tête afin de ne jamais en sortir. 

Ce suc­cès va notam­ment se con­cré­tis­er lorsqu’il sera invité sur un sin­gle de Spi­der Zed ou encore dans le vais­seau du Règle­ment pour un freestyle.

Il compte à son act­if 3 albums com­plets et un grand rôle dans un doc­u­men­taire du Règle­ment.

 

Un univers

Ce qui car­ac­térise Léo Roi, au-delà de son amour explicite pour l’au­to­tune, c’est son univers. Entre le Xanax, des bal­lades à cheval avec Mar­i­on Maréchal Le Pen ou encore des pan­golins qui fument, l’artiste nous dévoile un monde quasi-parallèle.

Un monde fan­tas­tique où des ani­maux fument de la beuh et les hommes poli­tiques la cultivent.

« J’ai fait fumer l’joint au pan­golin (Au pangolin)
Sa famille m’ap­pelle elle m’dit Pan­go va pas bien (Il va pas bien)
Putain mais moi je savais très bien (J’savais très bien)
Qu’il fal­lait pas faire fumer le pan­golin (Pan­golin) »

- Fais Fumer Le Pangolin

 

« Et ouais on flex, on fume de la qualité
C’est Nico­las Hulot qui l’a cultivée
J’roule un petit joint de beuh, j’su­is calé dans l’Intercités
J’k­iffe l’é­colo­gie j’veux sauver tous les perroquets »

- Nico­las Hulot Flex

Ceci étant dit, depuis quelques mois, le rappeur a changé de direc­tion artis­tique, notam­ment dans les thèmes abor­dés. Sur ses réseaux, il est sor­ti du silence après une longue pause qu’il jus­ti­fie par des prob­lèmes per­son­nels. Depuis, une vibe plus nos­tal­gique se fait ressen­tir dans ses écrits. Comme s’il avait quit­té le pays des merveilles.

Les Réseaux

Léo Roi, au-delà d’être un rappeur, c’est un com­mu­ni­ty man­ag­er de folie (encore meilleur que ceux d’In Da Klub). Très proche de ses fans il inter­ag­it beau­coup avec, notam­ment grâce aux sto­ries Insta­gram.

Par­fois, des idées folles lui trot­tent dans la tête, idées qu’il exploite jusqu’au bout. En 2019, il a présen­té sa com­mu­nauté à Titri­co, un per­ro­quet en peluche, qu’il envoy­ait par la poste à un abon­né, qui par la suite, le ren­voy­ait à un autre. C’est donc grâce à ses réseaux et au fameux Auto­tune Gang (nom de sa com­mu­nauté) qu’une peluche a fait un joli tour de la France.

Une his­toire digne d’un con­te de fées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 × 4 =

Droit d’auteur © In Da Klub Privacy Policy | Audioman par Catch Themes