[Deutsche Qualität #6] : Sido, le papa du rapgame allemand

Le temps passe vite quand on prend autant de plaisir à vous faire décou­vrir la scène de rap alle­mande petit à petit. Cette semaine, c’est Sido que nous posons sous les pro­jecteurs d’In Da Klub. Notre série Deutsche Qual­ität n’a pas pour seul but de dénich­er les petits, mais cette série vous per­met aus­si de vous don­ner les noms indis­pens­ables à con­naître chez nos voisins ger­manophones!

« Super-Intelligentes DrogenOpfer »

L’abrévi­a­tion donne donc Sido. « Vic­time de stupé­fi­ant super-intel­li­gente », si nous le traduisons mot par mot en français. Une autre option serait « Scheisse in dein Ohr » (merde dans tes oreilles), comme notre artiste du jour le décrit dans un morceau à ses débuts musi­caux. Aujour­d’hui, peu importe, c’est juste Sido. Le Berli­nois, de son nom com­plet Paul Hart­mut Würdig, n’a pas besoin d’être présen­té en Alle­magne. Tout ama­teur de rap le con­naît là-bas, il fait par­tie des anciens tout sim­ple­ment.

Crédits pho­to : Lennart Brede

Par­tons ensem­ble en direc­tion de la cap­i­tale alle­mande dans les années 80 où Sido naît, à Berlin-Est plus pré­cise­ment. C’est une anec­dote que Sido a cepen­dant eue du mal à ren­dre pub­lic, pen­dant longtemps il en fai­sait un secret et men­tait sur son quarti­er d’o­rig­ine. Il pen­sait que ce n’é­tait pas « cool » et ne voulait pas être traité dif­férem­ment. À l’âge de treize ans, le jeune Alle­mand débu­tait le rap après avoir été intéressé par un groupe de musique de son école. Seule­ment, il ne savait ni chanter ni jouer d’un instru­ment. Sido rédi­geait ses pre­miers textes en anglais, mais allait très bien­tôt se focalis­er sur le rap dans sa langue natale.

Il y a main­tenant plus de vingt ans, Sido fait ses pre­mières presta­tions dans un bar local. Il est mem­bre de plusieurs col­lec­tifs à cette époque : le duo Roy­al TS qu’il incar­ne avec son ami d’en­fance sus­nom­mé B‑Tight et par la suite Die Sek­te. Le label Aggro Berlin vient tout juste d’être fondé et prend le duo sous con­trat qui se renomme A.i.d.s (Alles ist die Sek­te). Au début des années 2000, Sido sort égale­ment des morceaux en solo qui seront par la suite la pri­or­ité du label. Comme beau­coup de rappeurs, il va ain­si se lancer en solo après des débuts au sein d’un groupe.

Une carrière sur-dimensionnelle

Sido pub­lie son pre­mier album Maske en 2004 qui atteint une troisième place dans les top albums. Nom bien choisi, Sido ne se mon­trait plus qu’avec un masque de tête-de-mort en chrome. En effet, son morceau qui le fit con­naître au grand pub­lic est « Mein Block » (mon bloc) où il décrit les con­di­tions sociales sem­blables à un ghet­to qui règ­nent dans la ban­lieue de Märkisches Vier­tel. Sido installe ain­si le Gangs­ta-Rap en Alle­magne et les Alle­mands l’adorent.

Maske est très rapi­de­ment disque d’or en Alle­magne tout comme son deux­ième opus Ich (moi). Ce dernier a été en or en seule­ment deux jours. À par­tir de ce moment-là, c’est une mon­tée en ligne droite. Sido acquiert par­al­lèle­ment une présence télé impor­tante avec la par­tic­i­pa­tion à des mul­ti­ples émis­sions. C’est peut-être le dernier coup de pub qu’il lui fal­lait pour son troisième album : Ich und meine Maske (moi et mon masque).

Suc­cès total ! Ich und meine Maske est son meilleur pro­jet jusqu’i­ci, si on se fie aux chiffres. Pour la pre­mière fois, Sido se hisse au som­met des top albums dans la république fédérale. Les pays voisins ger­manophones le savourent tout autant, avec une deux­ième place en Autriche et en Suisse. Les ventes sont au ren­dez-vous : Sido et son masque reçoivent deux dis­ques d’or. En Suisse, l’al­bum atteint même le statut pla­tine.

Après un qua­trième album Aggro Berlin (en hom­mage au label homonyme) qui ne peut pas pré­ten­dre aux suc­cès précé­dents, Sido s’ori­ente vers un change­ment de style. Même les « papas » du rap doivent s’adapter aux goûts et préférences des audi­teurs pour rester com­péti­tifs, rap­pelez-vous de Fler dans notre épisode 3 qui a vécu une his­toire sem­blable.

« Ich bin der Vater von diesem Rap-Ding

Es fliesst in meinem Sys­tem » /

« Dieser Hip-Hop ist mein Leben

Falls du fragst, warum ich das mach »

- Sido dans « 2002 »

(Je suis le père de ce truc de rap, ça coule dans mon sys­tème / Ce hip-hop c’est ma vie, si tu te deman­des pourquoi je le fais)

Une péri­ode de qua­tre ans sans album solo de Sido suit, péri­ode pen­dant laque­lle le rappeur se réin­vente avant de revenir plus fort que jamais avec l’al­bum 30–11-80, sa date de nais­sance. Les faits sont là : dis­ques de pla­tine en Alle­magne et en Autriche puis en or chez les lim­itro­phes helvé­tiques. Les albums VI et Das gold­ene Album (l’al­bum doré) sor­tis ensuite se vendent égale­ment bien. Son dernier et huitième album solo date de fin 2019, Ich und keine Maske (moi et pas de masque).

Un Sido qui évolue, une qualité inchangée

Depuis longtemps, le Berli­nois mon­tre sa poly­va­lence dans le rap en inter­pré­tant les styles suiv­ants: Gangs­ta-Rap, Pop-Rap, Rap-Rock, Trap, Com­e­dy-Rap… Dans les années précé­dentes, Sido s’est ouvert à un pub­lic plus large en dévelop­pant à par­tir du Ghet­to-Rap, dans lequel il rég­nait sur l’Alle­magne avec Bushi­do à l’époque.

Pour revenir sur le dernier pro­jet solo de Sido, Ich und keine Maske ne pou­vait encore une fois pas éviter une pre­mière place en top album en Alle­magne, ni en Autriche d’ailleurs. Out­re le fait que l’al­bum soit tout sim­ple­ment un plaisir ultime pour tous les fans de rap, Sido doit avoir sa vraie fan­base dans son dos depuis des années, qui, comme les chiffres le prou­vent, sont tou­jours au ren­dez-vous.

L’artiste actuelle­ment sous con­trat avec Urban/Universal Music a invité pas mal de monde sur son album, ce qui lui apporte vrai­ment un bon mélange. Les chanteurs Monchi et Nico San­tos appa­rais­sent ain­si sur les titres respec­tifs « Leben vor dem Tod » (vivre avant la mort) et « Fäl­lig » (). Les rappeurs Yonii et Beka sont présents sur « Mela­tonin », puis même l’é­toile mon­tante du rap alle­mand, Apache 207 a eu droit à son feat sur « 2002 ».

Ich und keine Maske occupe tou­jours la 54e place des top albums, plus de trente-qua­tre semaines après sa mise en vente. Plus que deux mois, avant qu’il étab­lisse son record per­son­nel. Le nom du pro­jet mar­que peut-être cet aban­don du Sido d’a­vant, qui avait un style plus som­bre, plus « ghet­to » qu’au­jour­d’hui.

Paul Hartmut Würdig alias Sido
Crédits pho­to : SAT.1/ProSieben/Michael De Boer

Il faut savoir que Sido est tout aus­si poly­va­lent en dehors de la musique. Rappeur, song­writer, pro­duc­teur pre­mière­ment, puis ensuite acteur, entre­pre­neur et per­son­nage télé… Il joue dans plusieurs films et fait des appari­tions dans des séries. Mais, à la télévi­sion, vous aurez plus de chances de le voir dans dif­férentes émis­sions de la chaîne Prosieben. Surtout, depuis qu’il fait par­tie du jury de The Voice of Ger­many.

Sido pos­sède, entre autre, deux salons de tatouage puis un bar. Avec l’en­tre­prise belge On.Earz, il a dévelop­pé son pro­pre casque audio. Il est co-fon­da­teur de la mar­que de vod­ka Kabumm aus­si. Plus impor­tant, il est à l’o­rig­ine du label Goldzweig créé en 2015.

Pour finir, la car­rière de Sido est juste gran­dis­sime, un mul­ti-tal­ent dans tous les domaines. Ce n’est pas une sur­prise qu’il ait ven­du (jusqu’à main­tenant) plus de 5,7 mil­lions enreg­istrements sonores dans ses vingt ans d’ac­tiv­ité et gag­né une mul­ti­tude de prix dont un MTV Europe Music Award.

Il est l’heure de se lancer dans le rap alle­mand, quoi de mieux que de com­mencer par un des piliers ? Le papa Sido !

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq + 10 =

Droit d’auteur © In Da Klub Privacy Policy | Audioman par Catch Themes