[Rap international] : Einár, 18 ans, à la découverte du phénomène suédois

Salut à tous et bien­v­enue dans ce nou­veau Spot­light ! Cette semaine, c’est le jeune Sué­dois Einár qui est posé sous les pro­jecteurs. Cela fait un petit moment que l’on ne vous a pas présen­té un rappeur dans la caté­gorie inter­na­tionale, mais vous le savez déjà, chez InDaK­lub, on adore la diver­sité. Faisons ain­si le point aujour­d’hui sur cet artiste scan­di­nave et sa portée au niveau nation­al, voire inter­na­tion­al !

La suède, pays émergeant du Hip-hop

Il y a main­tenant quelques mois, on vous avait pro­posé une playlist « Sélec­tion Rap Tour du monde » con­sti­tuée de rappeurs provenant d’une mul­ti­tude de pays autour du globe. L’ob­jec­tif étant de vous mon­tr­er que le rap n’ex­iste pas seule­ment en France ou aux États-Unis, mais qu’il s’est bien propagé dans les qua­tre coins du monde. La Suède fait naître depuis quelques années de véri­ta­bles tal­ents explosifs sur la scène du Hip-hop : Yung Lean, Dree Low et Einár ne sont qu’une minorité des noms à retenir. Voici un petit amuse-bouche :

Avant de dévelop­per, étu­dions un peu ensem­ble l’his­toire der­rière la mon­tée du rap dans ce pays nordique. Con­cer­nant le milieu de la Pop, il n’y a aucun doute que la Suède fai­sait par­tie de la crème de la crème avec des groupes comme Rox­ette ou ABBA dans ses rangs. Le Hip-hop sué­dois se développe dans les années 80 et 90 grâce à la mon­di­al­i­sa­tion de ce « nou­veau » style de musique. Comp­tant peu de pas­sion­nés à ses débuts, le Hip-hop regroupe prin­ci­pale­ment des graf­feurs et des break­dancers. Le lieu culte où se ren­con­trent ces pre­miers fans en Suède est le parc Kungsträdgår­den à Stock­holm, équiv­a­lent de ce qu’a pu être le Tro­cadéro à Paris.

La scène rap sué­doise com­mence à se for­mer à par­tir des années 90 grâce à plusieurs groupes. Le duo Infi­nite Mass influ­ence toute une généra­tion, leur album The Infi­nite Patio se vend à plus de 200 000 exem­plaires et ils écrivent en anglais. C’est unique­ment en 1994 que sort un des pre­miers albums rap­pés entière­ment en sué­dois, Välkom­men till förorten (Bien­v­enue en ban­lieue) com­posé par le groupe The Latin Kings (TLK). D’autres encore seront à l’o­rig­ine de la propul­sion de ce style sur le devant de la scène médi­a­tique, comme Ken Ring et Pet­ter, de véri­ta­bles légen­des du rap sué­dois.

The Latin Kings
The Latin Kings — Crédits pho­to : Maud Nycan­der, Lukas Eisen­hauer, Lars Tun­björk

Aujour­d’hui, la Suède con­naît de nom­breux rappeurs et rappeuses avec une diver­sité excep­tion­nelle grâce des influ­ences mul­ti­ples. Très influ­encé par le rap améri­cain, le Hip-hop sué­dois a évolué pour pren­dre sa pro­pre iden­tité. Les bar­rières tombent et on a un mélange de cul­tures. De plus, les femmes ont une place impor­tante dans le rap sué­dois avec cha­cune appor­tant quelque chose de nou­veau dans son style. Par­mi elles, on peut citer Lin­da Pira, Sil­vana Imam ou encore Cher­rie.

Après vous avoir con­tex­tu­al­isé la mon­tée du rap en Suède, décou­vrez main­tenant l’un des plus jeunes cracks présent sur la scène de rap sué­doise avec un poten­tiel hors du com­mun : Einár !

Deux ans suffisent pour Einár

Nils Erik Kurt Einár Grön­berg grandit dans la cap­i­tale du pays, à Stock­holm, et se met très vite à faire du rap, notam­ment sur les réseaux soci­aux. Einár a eu la majorité en sep­tem­bre dernier, il fait par­tie de la généra­tion qui a gran­di avec inter­net et les réseaux soci­aux. Déjà ado­les­cent, il com­mence à pub­li­er des vidéos de lui en train de rap­per sur Instra­gram.

Einár
Crédits pho­to : Gigs­guide

C’est en 2018 qu’Einár attire plus d’at­ten­tion avec la chan­son « Duckar Popo » pub­liée sur YouTube accom­pa­g­née d’un clip. En avril 2019, ce morceau a dépassé le mil­lion de vues, ce qui est déjà énorme pour lui à cette époque. Mais ce sera en mars 2019 avec « Kat­ten i trak­ten » qu’il va percer : numéro un des charts sué­dois pen­dant trois semaines. Un véri­ta­ble car­ton pour le jeune Einár âgé de seize ans, et les chiffres par­lent d’eux-mêmes un mois après sa pub­li­ca­tion ; 11 mil­lions de streams sur Spo­ti­fy et 2,5 mil­lions de vues sur YouTube.

Einár enchaîne les sor­ties réussies, et son prochain sin­gle « Rör mig » dépasse les 500 000 streams sur Spo­ti­fy en moins de 24 h. L’artiste obtient même son pre­mier prix P3 Guld décerné par la radio sué­doise pour son morceau « Kat­ten i trak­ten ». La prochaine étape sera franchie un peu plus tard en 2019 avec la pub­li­ca­tion de son pre­mier album Förs­ta Klass (Pre­mière classe). Pour anec­dote, le morceau éponyme de ce disque est con­stru­it sur le beat de la chan­son « Reine » du rappeur français Dad­ju.

En Suède, le young­ster est adoré, son tal­ent et sa pro­duc­tiv­ité impres­sion­nent plus d’un. Et oui, Einár enchaîne sans pause sur le deux­ième album stu­dio NUMMER 1 qui sort égale­ment en 2019. Les deux dis­ques sont numéro un en Suède, puis lui per­me­t­tent égale­ment de rem­porter deux prix sup­plé­men­taires à la céré­monie du Gram­mis­galan 2020 dans les caté­gories « Hip-hop of the Year » et « New­com­er of the Year ».

Une énergie inégalable

Même en cette année spé­ciale que nous tra­ver­sons en 2020, Einár main­tient son explo­siv­ité et nous a déjà posé deux nou­veaux albums. Wel­come to Swe­den voit le jour en mai de cette année avec huit titres sur le pro­jet. C’est dans cet album que l’on avait notam­ment pioché quelques titres pour com­pléter notre pre­mière playlist Sélec­tion Rap Tour du monde, puisque ceux-ci fig­u­raient par­mi les top titres en Suède.

Moins de cinq mois plus tard, le jeune rook­ie de Stock­holm nous plante son qua­trième album stu­dio qui le décrit par­faite­ment : Unge med extra ener­gi (garçon avec énergie extra). Sur la cov­er de ce dernier, Einár n’hésite pas à mon­tr­er ses nom­breuses cer­ti­fi­ca­tions acquis­es au cours de sa car­rière si récente :

Unge med extra energi
Crédits pho­to : Genius Media Group Inc.

Il faut savoir qu’Einár ne pub­lie ses pro­jets sous aucun label, en toute auto­pro­duc­tion. Unge med extra ener­gi com­porte neuf titres avec plusieurs fea­tur­ings. On y retrou­ve notam­ment les rappeurs sué­dois Sami, 5iftyy et Moewgli. Sur Spo­ti­fy, trois semaines après la pub­li­ca­tion, le Top 3 des morceaux les plus écoutés jusqu’à main­tenant sont : « Pop Smoke » ft. 5iftyy, Moewgli (7,2 mil­lions de streams), « Feel­ings » ft. Sami (4,5 mil­lions de streams) puis « Unge med extra ener­gi » (2,5 mil­lions de streams).

Le rappeur de 18 ans accu­mule actuelle­ment près d’un mil­lion d’au­di­teurs men­su­els sur Spo­ti­fy, ce qui le place large­ment au-dessus de la con­cur­rence nationale qui, en moyenne, dépasse rarement les 600 000. Seul Yung Lean peut rivalis­er avec Einár avec qua­si­ment la même audi­ence. Après vous avoir par­lé de tous ces chiffres et de tout ce qu’a réus­si à accom­plir Einár en l’e­space de deux ans, son tal­ent et son poten­tiel ne sont plus dis­sim­u­la­bles.

À l’échelle nationale, aucun fan de rap ne peut ignor­er ce phénomène, même s’il y a sûre­ment des per­son­nes qui accrochent moins avec la musique du jeune artiste. Arrivera-t-il à se dévelop­per davan­tage à l’in­ter­na­tion­al ? Hon­nête­ment, il y a peu de chances. La langue est le prin­ci­pal élé­ment qui joue en sa défaveur puisque peu d’au­di­teurs écoutent du rap sans com­pren­dre ce que racon­te l’artiste.

Le futur nous le dira, mais vous pou­vez con­tribuer à chang­er cela et stream­er fort ses pro­jets qui font vrai­ment preuve de qual­ité, ce qui n’est pas garan­ti à cet âge ! Une seule chose est sûre, il a une grande car­rière devant lui.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 × quatre =

Droit d’auteur © In Da Klub Privacy Policy | Audioman par Catch Themes