[Deutsche Qualität #10] : Entre art et anonymat, le rappeur masqué Cro

Salut tout le monde ! Notre série Deutsche Qual­ität con­tin­ue de se dévelop­per mois après mois, et nous voilà déjà de retour. Pour ce dix­ième épisode, Cro est à l’hon­neur chez In Da Klub, et on fait le point sur la car­rière de ce rappeur iconique caché der­rière son masque de pan­da. Tout comme Fler, Sido ou encore Shindy que nous avons décou­vert précédem­ment, Cro fig­ure depuis bien longtemps sur la scène de rap allemande.

La création d’un personnage

Vous com­mencez à con­naître la ligne direc­tive pour vous présen­ter ces rappeurs alle­mands qui vous sont prob­a­ble­ment incon­nus : une rétro­spec­tive sur l’his­toire de l’artiste en ques­tion pour bien se met­tre en bain. Com­ment com­pren­dre sa musique si nous n’ap­prenons pas un peu plus sur Cro aupar­a­vant ? Com­ment est-il par­venu à faire du rap ? Les répons­es vous sont apportées par In Da Klub dans cet article.

C’est en 1990 que Car­lo Waibel a.k.a Cro naît dans une famille avec notam­ment deux sœurs et un frère. Il grandit en Baden-Würt­tem­berg dans le sud-ouest du pays où il tra­verse un par­cours sco­laire plutôt ordi­naire avant de suiv­re une for­ma­tion spé­cial­isée en tant que con­cep­teur mul­ti­mé­dia en numérique et imprimé. Cro obtient un de ses pre­miers jobs dans un jour­nal où il est artiste de bande dess­inée. En effet, le rappeur s’in­téresse égale­ment à l’art et au design.

Cro
Crédits pho­to : welt.de

Cepen­dant, l’amour pour la musique lui vient bien plus tôt, dès ses dix ans. À l’époque, le petit Car­lo com­mence déjà à appren­dre le piano et la gui­tare. Cro appa­raît entre 2006 et 2009 sous le pseu­do Lyr1c : tout d’abord sur la plate­forme en ligne « Reim­li­ga Bat­tle Are­na », puis avec sa pre­mière mix­tape Trash en 2009, qui est égale­ment pub­liée sous son ancien pseudo.

Cro ne le sait pas encore à ce moment-là, mais l’an­née 2011 sera une année très impor­tante pour lui. Après une deux­ième mix­tape Meine Musik (ma musique) télécharge­able gra­tu­ite­ment en ligne, le rappeur ger­manophone se fait repér­er par Kaas qui le fera con­naître au Label indépen­dant Chim­per­a­tor Records. Ce dernier le prend alors sous son aile jusqu’en 2018. Mais n’al­lons pas trop vite; car dans ces sept ans de col­lab­o­ra­tion, il s’est passé beau­coup de choses.

L’ap­pré­ci­a­tion pour l’art ne lui passe pas, c’est pourquoi Cro décide de cacher son vis­age dans toutes ses présences médi­a­tiques avec un masque. Cela lui per­met de rester anonyme et de ne pas se faire recon­naître à chaque coin de rue. Effec­tive­ment, il préfère met­tre en évi­dence son art ‑sa musique- plutôt que sa per­son­ne. Que le choix de Cro tombe sur le pan­da est aléa­toire, mais pas trop non plus : « c’é­tait tout sim­ple­ment le masque le plus cool sur le site ».

Ses plus gros succès

C’est en novem­bre 2011 que Cro pub­lie la vidéo pour son morceau « Easy ». Celui-ci est inclu dans la mix­tape éponyme sor­tie en décem­bre, et va le faire con­naître au grand pub­lic. Sur plusieurs sites, Cro est déjà qual­i­fié de « futur du Deutschrap ». D’autres morceaux d’Easy sont tout aus­si pop­u­laires chez ses fans : « Hi Kids » ou encore « Kein Benz ». En juil­let 2012, le pre­mier album est prêt. Raop se vend à plus de 535 000 exem­plaires. Il est disque d’or en Alle­magne et en Suisse, en Autriche il atteint même platine.

Cro prof­ite de cet engoue­ment pour directe­ment par­tir en tournée (Raop 2012) dans toute la zone ger­manophone. Le car­ton qu’a fait le morceau « Easy » lui fera même gag­n­er des prix, dont celui du meilleur sin­gle de l’an­née à la céré­monie 1 Live Kro­ne. Pour l’anec­dote, lors de sa nom­i­na­tion, la même année aux Echos en Alle­magne, Cro n’avait pas envie de se présen­ter. Il a donc tout sim­ple­ment envoyé le sta­giaire du mag­a­zine de musique Juice avec son masque !

Après cette per­cée, de grands labels ont toqué à la porte du rappeur masqué, mais Cro reste fidèle à Chim­per­a­tor. Plusieurs morceaux ont réus­si le saut dans le Top 100 en Alle­magne et font donc par­tie des plus pop­u­laires : « Easy », « Du » (toi), « King of Raop », « Ein­mal um die Welt » (une fois autour du monde) ou encore « Meine Zeit » (mon temps). Pourquoi « Raop » d’ailleurs ? Ici, Raop est une con­trac­tion des ter­mes rap et pop, ce qui décrit par­faite­ment le style de Cro, un mix des deux.

Le deux­ième album Melodie suit en 2014. Dif­fi­cile de ne pas par­ler de suc­cès, car ce pro­jet de Cro se hisse en haut du classe­ment des Top albums en Alle­magne, en Autriche et en Suisse. Le titre le plus appré­cié, sor­ti un mois avant la paru­tion de l’al­bum, est « Traum » (rêve). Numéro un dans toute la zone ger­manophone, cer­ti­fié or en Alle­magne et plus de 62 mil­lions de vues sur YouTube : voici les accom­plisse­ments de « Traum ».

Il ne s’ag­it en aucun cas du seul morceau qui a ambiancé les fana­tiques de Cro. « Bad Chick », « Hey Girl » ou encore « Meine Gang » ft. Dan­ju sont (encore aujour­d’hui) des morceaux phares du rappeur masqué. Mais 2014 sem­ble déjà assez loin­tain, que s’est-il passé depuis ?

Un Cro plus contemporain

Les années passent avant de revoir Cro sor­tir un album, jusqu’en 2017 avec tru. Dès les titres « Baum » (arbre) et « Unendlichkeit » (infinité) sor­tis quelques mois avant, on remar­que un change­ment de style. Le rap pop sur des instrus qui font bouger est mis de côté pour faire place aux expéri­men­ta­tions de Cro. On caté­gorise le Cro méta­mor­phosé dans tru plutôt sur un style alter­na­tive Hip-hop ou encore Cloud Rap.

Cela ne lui empêche pas de plaire à son pub­lic : tru prend la pre­mière place des tops albums et, comme à son habi­tude, Cro voit plusieurs morceaux se plac­er dans le Top100 en Alle­magne. Par­mi eux, on peut citer « Unendlichkeit » (infinité), « Noch da » (encore là) et « Todas » ft. Wyclef Jean. De plus, les fans de Cro remar­quent un autre change­ment : le masque. Représen­té égale­ment sur la cov­er de ce troisième album, Cro a opté pour un masque sobre tout en blanc, design créé par lui-même cette fois-ci.

Cro ne veut plus être perçu unique­ment comme un rappeur, mais un artiste au sens large. Ain­si, suite à la sor­tie de tru, il per­met à des amis et à quelques fans de décou­vrir cer­taines de ses œuvres à la Cir­cle Cul­ture Gallery à Berlin. On pou­vait y trou­ver non seule­ment des tableaux et des dessins, mais aus­si des masques. Déjà en 2015, l’artiste poly­va­lent avait mon­tré de quoi il était capa­ble en créant un design 100 % Cro sur la par­tie extérieure d’une Mer­cedes-Benz CLA avec des bombes de pein­ture et des mar­queurs. Ce mod­èle unique est exposé au Musée Mer­cedes-Benz à Stuttgart depuis 2017.

Et la musique ? Ici aus­si, on a des nou­velles de Cro. Après quelques appari­tions en fea­tur­ings sur d’autres pro­jets ces dernières années, le rappeur masqué n’a rien sor­ti de son côté. Jusqu’à main­tenant. Le rappeur, rési­dant à Bali depuis un cer­tain temps, s’est-il ressour­cé pour un nou­veau pro­jet ? Les fans peu­vent y croire.

Plusieurs morceaux ont fait leur appari­tion ces dernières semaines : « Fall auf » (fais-toi remar­quer) ft. Bad­chi­eff en août, « End­less Sum­mer » en sep­tem­bre et « LMF2″ en octo­bre de cette année; les espoirs pour un nou­v­el album sont là. Nota Bene, dans le morceau « End­less Sum­mer », qui a un titre et une instru très axé été et la bonne humeur, Cro dénonce en fait le réchauf­fe­ment cli­ma­tique. Il nous décrit ce qui se passera si nous n’agis­sons pas, un « été interminable ».

Décou­vrez ce petit génie par vous-même !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trois × 1 =

Droit d’auteur © In Da Klub Privacy Policy | Audioman par Catch Themes